A+ A- A

logo cg63 blanc

 

Médiathèque départementale du Puy-de-Dôme

leconteVous pensiez tout savoir sur les contes, leur origine, le public à qui ils s'adressent? Cendrillon, La Petite Sirène, Aladdin, La belle et la bête ou encore Le vilain petit canard, la petite fille aux allumettes… On pourrait en citer des dizaines, tant ils sont nombreux, et d’origines différentes.


Les enfants sont les premiers à les apprécier, les regarder encore et encore, parce qu’il s’agit d’histoires qui se finissent toujours bien. La lutte et la détermination des gentils triomphe toujours face à la méchanceté des mégères, tyrans et autres personnages destinés à entraver le destin des héros.

D’où vient l’origine des contes ? Le terme de « conte » provient du latin « computare », dont le sens était « énumérer, raconter des faits ». Le conte puise ses origines dans l’oralité, puisque transmis lors de veillées et destiné à tous types de publics. Beaucoup de contes sont donc restés anonymes.

On trouve différents types de contes:les contes merveilleux, très prisés par les enfants, et qui touchent au domaine de l’imaginaire. Ils se distinguent par leur célèbre formule « Il était une fois ». il existe également les contes d’animaux (dont les personnages principaux sont des animaux, comme le vilain petit canard ou encore les trois petits cochons), ou encore les contes réalistes.

Les contes viennent de tous horizons, et certains sont parfois détournés, souvent à des fins humoristiques.

Cependant, le conte trouve avant tout ses lettres de noblesse à travers des auteurs bien connus, comme Charles Perrault, Hans Christian Andersen, ou encore les frères Grimm. C’est le travail de ces derniers, en Allemagne, qui va donner une orientation nouvelle au conte de fées. Les contes visent alors un publique averti, prêt à comprendre l’enseignement dispensé par l’histoire. Souvent violentes et négatives, les situations finales propulsent la réalité de la société au cœur du merveilleux, comme le fera le très célèbre Andersen, dont le succès l’encouragera à écrire quelque 173 contes, bien plus ironiques et osant présenter des histoires tragiques aux fin malheureuses, comme La Petite Marchande d’allumettes.

Les fins heureuses des contes de Walt Disney sont en fait des versions épurées des contes originaux, qui sont en réalité bien plus sombres dans leur fonds et dans la fin qu’ils proposent. Quel est le véritable sort de la Petite sirène?... Quelle est la véritable histoire de Cendrillon?...

 

 


 

Conseil général du Puy-de-Dôme 2014 : creativecommons-16px licence Creative Commons CC-BY-SA 4.0